Week-End à Berlin Février 2017

Publié le Publié dans Voyage

Souhaitant faire un petit break, et ayant pris la résolution de voyager dès que possible dans des endroits où je n’ai jamais été, Berlin fut un choix intéressant pour passer un WE de 3 jours. Nous voilà donc en route un Vendredi de Février aux aurores, direction Orly pour atterrir à Schönefeld (compagnie Low Cost). Ayant la chance d’être au hublot, j’en profite pour observer le soleil se lever et ainsi nous offrir un magnifique spectacle.

 

Une fois arrivé à destination, direction le S-Bahn S9 (équivalent de notre fameux RER)  de l’aéroport jusqu’à Ostbahnhof, pour commencer notre promenade, avec les bagages, l’hôtel n’étant libre qu’à partir de 15h. Le périple débute logiquement le long des vestiges du mur de Berlin, par l’East Side Gallery, morceau long de 1,3 km, servant de support pour du street art qui était malheuresement en travaux/rénovation lors de notre passage.

 

On continue sur l’Oberbaumbrücke, pont à 2 niveaux surplombant la Spree (rivière), l’étage supérieur sert pour le passage d’une ligne de métro, tandis que l’inférieur sert aux piétons/cyclistes.

Ce qui intrigue dès la sortie du métro, ce sont les –très- visibles tuyaux bleus/roses ou mauves qui arpentent les rues. Etant dans une ville fortement culturelle, on peut penser à de l’art contemporain. Mais non, ils ont une utilité non-négligeable : en effet, Berlin est construit sur des marais et des nappes phréatiques très proches de la surface du sol, et, de ce fait, lors des chantiers, cette tuyauterie sert à rediriger l’eau dans les fleuves ou canaux à côté. Leur couleur ? Suivant le chantier, pour s’y retrouver, tout simplement.

On peut voir sur ses premières photos que la météo n’était pas très clémente, en même temps mi-Février à Berlin, on aurait pu se retrouver sous la neige. Ce n’est pas plus mal (quoi que, avec le peu de neige qu’on a en BZH, ça aurait été sympa !). Une brume imposante mixée à une ville calme durant la matinée donne un air reposant aux paysages.

 

Un petit coup de métro et c’est parti pour un des points clés de la Guerre Froide : Checkpoint Charlie, situé dans le quartier de Kreuzberg. C’était un des postes-frontières de Berlin qui servait de lieu de passage entre l’Est (RDA) et l’Ouest (RFA). Des militaires arborants le drapeau américain sont toujours présents là-bas (du moins le jour de notre passage). Si vous cherchez un endroit où manger, vous êtes servis par là-bas, on parle même du « Snackpoint Charlie » !

Au détour de nos promenades dans les environs, nous tombons sur une sculpture, la « Houseball » réalisée par Claes Oldenburg et Coosje Van Bruggen, qui, pour faire court, est une représentation symbolique des migrants et exilés du monde entier (oui, cela représente un balluchon…)

 

Ayant encore un peu de temps, nous continuons notre promenade dans le quartier de Kreuzberg, un des nombreux lieux de prédilection du street-art à Berlin. Etant un grand fan de cette pratique, je n’ai pu qu’apprécier déambuler dans les rues à la recherche des plus beaux « graffitis » possibles. On y trouve de tout, des couleurs, des formes géométriques, des personnages, etc. Le tout dans un quartier vivant, ce n’est pas parce que tout un mur est tagué qu’il est inoccupé, au contraire : nous sommes tombés sur des cabinets de médecin en activité avec leur devanture remplie d’art.

 

15h arrive enfin, direction l’hôtel Leonardo situé à quelques pas de la station U Bismarckstraße, où 2 lignes de U-Bahn (métro) passent, idéal pour aller quasi n’importe où très rapidement. L’hôtel au prix plus que correct (moins cher que du AirBnB) et très propre, est le lieu idéal pour séjourner quelques jours ici.

 

Etant proche du Château de Charlottenbourg, nous décidons d’y aller (sans les bagages cette fois, quel plaisir). Ce château fut commencé en 1695 pour être fini 20 ans plus tard par Frédéric III (futur roi de Prusse), et fut renommé après la mort de son épouse, la reine Sophie-Charlotte. Après avoir été énormément amoché durant la seconde guerre mondiale, il fut reconstruit. Aujourd’hui, il se visite, et il vaut le coup (si vous aimez la photo, le supplément pour en prendre vaut le coup, sinon vous pouvez toujours revenir ici regarder celles que j’ai prises !)

 

Après une –courte– nuit de sommeil, on repart pour une journée bien chargée, qui commence par le Musée Juif de Berlin, et son architecture impressionnante. Il y a beaucoup à dire, sur les deux architectures différentes et leurs significations, si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à aller faire des recherches sur internet pour répondre à vos questions ! Rapidement, vous trouverez à l’intérieur de ce musée deux mille ans d’histoire des Juifs en Allemagne, avec des objets de la vie quotidienne, des photos, etc. Vraiment très instructif, prévoir environ 2 à 3 heures pour faire le tour de façon intéressée.

 

Une des –nombreuses- choses marquantes dans ce musée est ce que vous pouvez voir ci-dessous, dans le Memory Void : 10.000 visages découpés dans des disques d’acier, symbolisant les Juifs assassinés durant la Shoah mais aussi toutes les victimes de la violence et de la guerre. Contrairement à ce que nous pensons, il est autorisé de marcher dessus si vous le souhaitez.

 

Direction la Potsdamer Platz, place au centre de Berlin, quartier récent de Berlin vu que la place fut détruite durant la guerre, puis fut un No Man’s Land durant la Guerre Froide. Ce qui impose le plus aujourd’hui est le Sony Center, véritable attraction touristique de par son architecture moderne hors-norme (encore plus belle de nuit, voir plus bas). Shopping, restaurants, cinémas, high-tech, vous trouverez forcément votre bonheur dans ce coin central de la capitale.

 

Afin de rester dans l’architecture moderne, direction Marie-Elisabeth-Lüders-Haus, dans le quartier de Mitte, longeant la Spree. Ce bâtiment de début 2000 avait attiré mon attention par ses formes géométriques. Ce n’est rien d’autre qu’un bâtiment institutionnel et administratif.

 

Après ce court détour, direction les endroits typiques du touriste à Berlin, avec le Reichstag, qui abrite l’assemblée parlementaire de la République Fédérale d’Allemagne depuis 1999 (il y a possibilité de visiter sa coupole en réservant très longtemps à l’avance, malheureusement nous ne l’avons pas fait, à mon grand regret) , puis la Cathédrale de Berlin en passant par la fameuse Porte Brandebourg, véritable symbole de la ville, vu qu’elle faisait partie intégrante du mur de Berlin, en divisant la ville. En se dirigeant vers le DDR Museum, ou Musée de la RDA, dans lequel vous pouvez vous plonger au sein de la vie quotidienne et de la culture de l’ancienne Allemagne de l’Est (très intéressant mais trop de monde et très mal conçu pour accueillir de nombreuses personnes), nous passons non-loin de la TV Tower, qui pour la première fois depuis notre arrivée sort de sa brume.

 

La nuit étant bien tombée, il était obligatoire de repasser par le Sony Center afin de voir les illuminations colorées de l’endroit : le détour vaut le coup, comme vous pouvez voir ci-dessous.

 

En rentrant à l’hôtel, nous tombons sur une plaque au sol, que vous pouvez voir ci-dessous. Il s’agit d’un Pavé d’Eternité (ou Stolpersteine), plaque encastrée dans un trottoir qui rend hommage la mémoire des personnes déportées dans des camps de par leur origine.

 

Dernier jour de notre séjour express, passage obligé par le MauerPark et son grand marché aux puces le dimanche matin. Lieu incontournable lors d’un voyage à Berlin, puisqu’il représente tout ce qu’on peut trouver à Berlin comme animations : musiciens, artistes, techno, graffeurs. Il y a de l’animation à toute heure.

 

Retour dans l’hyper centre avec une visite au Mémorial aux Juifs assassinés d’Europe. Véritable champ de 20.000 m² composé de plus de 2.700 stèles en béton de toutes dimensions, qui –à la base- produisent une atmosphère de malaise et de confusion. Sauf qu’aujourd’hui, ces stèles disposées de façon géométriques sont plus un lieu à selfies qu’autre chose, ce qui provoque des débats houleux envers ceux qui estiment que ce lieu est un lieu de culte au même titre qu’un cimetière, et ceux qui trouvent que de lui donner une seconde vie plus joyeuse est bien. Le débat est ouvert.

 

Fin de notre voyage avec l’Eglise du Souvenir qui se trouve non loin de l’hôtel, église qui fut en très grande partie détruite lors de la seconde guerre mondiale. Le peu épargné fut gardé tel quel, puis une nouvelle église plus contemporaine voit le jour à côté des ruines restantes. Nous sommes arrivés trop tard pour pénétrer à l’intérieur malheureusement, l’ensemble des vitraux donnant une ambiance très particulière à l’intérieur.

 

Voilà ce qui achève notre WE de 3 jours à Berlin. Ayant préféré profiter au maximum pour visiter dans un premier temps, nous n’avons pas goûté aux Techno Parties que cette ville peut offrir, on va être obligé d’y revenir pour apprécier Berlin sous un angle différent que celui de ce voyage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *